La langue basque… quelle Histoire !

Le 3 décembre 2019, à l’occasion de la journée internationale de la langue basque, nous avons eu le plaisir d’accueillir Céline Mounole dans notre Etxe. Cette enseignante-chercheure à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour nous a offert une conférence sur son thème de prédilection « l’histoire de la langue basque à travers ses attestations écrites depuis l’Antiquité jusqu’au XXIè siècle ».

C’est à Jules César qu’on doit l’un des plus anciens témoignages de l’existence d’une langue (l’ancêtre de notre euskara)parlée sur le territoire Aquitain (dans une zone délimitée par les Pyrénées et la Garonne). C’est donc dans l’Antiquité, sous l’occupation romaine, que vont apparaître les premières inscriptions en langue basque, principalement des noms de défunts et de divinités, sur des dalles funéraires. Il faudra attendre le Moyen-Age pour voir apparaître les premières phrases complètes rédigées en basque. Retrouvées dans le monastère de San Millan (situé dans le province de la Rioja), ces sont des notes (des gloses) rédigées au XIè siècle par un moine dans la marge d’un codex en latin. C’est à partir du XVIè siècle, au début de l’époque moderne, que les langues parlées en Europe conquièrent un réel statut, s’affirment comme langues de référence (dans le droit, l’administration,…) et détrônent le latin. L’euskara n’échappe pas à ce mouvement d’émancipation puisqu’en 1545 est imprimé à Bordeaux le premier livre en langue basquelinguae vasconumprimitae (les prémices de la langue basque). L’ouvrage est composé de poèmes religieux et profanes écrits par Bernard Etxepare (curé près de Saint Jean Pied de Port) et met sur le devant de la scène la langue basque, comme le rappelle le célèbre vers « euskara jalgihadimundura » (langue basque, sors et parcours le monde) tiré du poème Kontrapas.  A partir de cette époque, les publications vont se multiplier et la nécessité d’une langue standard va s’imposer. C’est Manuel de Larramendi, au XVIIIè, qui sera le premier à produire un dictionnaire et une grammaire de la langue basque, mais il faudra attendrejusqu’à l’année 1919 pour que l’académie de la langue basque soit officiellement créée et présidée par Azkue. C’est lors de son congrès à Arantzazu en 1968 que les bases de l’euskara batua seront définitivement posées, ouvrant ainsi la voie à une langue normalisée.

Ce n’est guère facile de résumer deux milles ans d’Histoire en une heure, mais nous remercions encore chaleureusement Céline Mounole qui a réussi à relever ce défi et a su attiser la curiosité d’un public venu nombreux assister à sa présentation.